25Mar

Avis d’Appel d’Offres JVE Sénégal n°0002-24: Acquisition d’un véhicule Neuf pour le Projet ACF-AO

PROJET ACTION CLIMATIQUE FEMINISTES EN AFRIQUE DE L’OUEST (AC FAO)

JVE SENEGAL est une organisation à but non lucratif de la société civile qui joue un rôle essentiel dans la préservation de l’environnement et la promotion du développement durable au Sénégal.

Dans le cadre du projet Action climatique féministe en Afrique de l’ouest intervenant dans la zone sud (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et dans les iles de la basse Casamance) dont le siège social est ouvert à Ziguinchor sise à Immeubles Suleimane Gomes, Route de l’UASZ En Face ex -EATA, Kénia Lot 127, il est prévu la fourniture de moyen mobile.

A cet effet, JVE SENEGAL sollicite des offres sous plis fermés de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour l’acquisition d’un véhicule Neuf destiné au projet ACFAO avec les caractéristiques ci-dessous :

Caractéristique véhicules Quantité
Voiture Neuf 4X4 ou SUV-4WD

4 Cylindre

Entre 2L et 2.4L

Minimum 5 place Maximum 7 Place

Année entre 2020 et 2024

NEUF

Et Pratique pour les projets de développement dans la Zone Sud du pays

1

NB : des accessoires supplémentaires pourraient être demandés.

Les soumissionnaires intéressés peuvent obtenir des informations auprès du siège de JVE SENEGAL à l’adresse mentionnée ci-après à partir du 27 Mars de 9h à 18h du lundi au vendredi.

 

LOT 4 CITE IMPOTS ET DOMAINES PARCELLES ASSAINIES DAKAR

TEL : 33 855 13 93 / 77 304 86 88/ 77 735 81 76/773179868

Ou par mail sur l’adresse suivante jve.senegal@jvesenegal.org en copie amathdiouf87@gmail.com et jvesenegal@gmail.com

Les exigences en matière de qualification sont :

  • Être une société concessionnaire de véhicule d’occasion reconnu par l’état du Sénégal.
  • Être une société revendeuse ou distribution de véhicules neuf reconnu par l’état du Sénégal.
  • Être une société spécialiste dans la vente de véhicule Neuf
  • Avoir réalisé avec succès, durant les trois dernières années, au moins deux (02) marchés similaires (fourniture de voiture) ;
  • Disposer d’un service après-vente performant constitué
  • D’un atelier d’entretien et de réparation disposant des moyens techniques de diagnostic et moyens humains de qualité dont un technicien supérieur et deux ouvriers qualifiés.
  • Disposer d’un véhicule de dépannage et de remorquage.

Les offres devront demeurer valides pendant une durée de quatre-vingt-dix (90) jours à compter de la date limite de soumission ou de remise des offres. Une Offre de validé inférieur à cette durée sera écarté.

Les offres doivent être rédigées en langue française et devrons être déposées en quatre (04) exemplaires dont un (01) en originale et trois (03) en copies à l’adresse mentionnée ci-après au plus tard le 25 Avril 2024 à 17 heures.

LOT 4 CITE IMPOTS ET DOMAINES PARCELLES ASSAINIES DAKAR

TEL : 33 855 13 93 / 77 304 86 88/ 77 735 81 76/773179868

 

DIRECTEUR EXECUTIF

                                                                                                                   JVE SENEGAL

12Mar

APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT EN AGROECOLOGIE

Projet : ACFAO (Action Climatique Féministe en l’Afrique de l’Ouest)

 

Termes de Références

  1. Contexte et justification

Les populations des zones côtières et insulaires d’Afrique de l’Ouest sont parmi les plus vulnérables aux changements climatiques (Kifani et al, 2018). Composant déjà avec des sécheresses, leur environnement est plus exposé à l’érosion, à l’intrusion d’eau salée et aux inondations (IPCC, 2022). Des pratiques agraires non durables ont aussi appauvri les sols menaçant leur sécurité alimentaire (IPCC 2019) et accentuant la pauvreté et la migration (GRDR et al. 2017). En Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau, au Sénégal et au Togo, ces zones abritent des écosystèmes riches en biodiversité (mangroves, îles, milieux humides) et indispensables pour les communautés : pêche, cueillette, chasse, riziculture, tourisme, apiculture, arboriculture, etc. La dégradation des écosystèmes rend plus vulnérables ces populations, et particulièrement les femmes et certaines minorités ethniques et autochtones (Tidiane Sané et al. 2021) qui sont souvent exclues des espaces de décision du territoire ou de gouvernance climatique (Dahou et al. 2007). Les femmes et les jeunes femmes sont encore plus vulnérables en raison de normes patriarcales leur attribuant un statut socio-économique inférieur. Aussi, leurs rôles domestiques font qu’elles sont responsables de fournir l’eau, le bois de cuisson, les aliments (ex. coquillages, fruits forestiers) et plantes médicinales à leur famille ; des tâches de plus en plus ardues avec les changements climatiques (Goh, A. H., 2012 ; Fall 2009). La raréfaction de ces ressources et le manque de système de gouvernance durable et intégrée ont des conséquences graves sur les femmes et les peuples autochtones, venant ainsi exacerber les inégalités déjà présentes.

 

Pourtant, les femmes et les populations autochtones jouent un rôle essentiel dans l’action climatique et la protection de la biodiversité, incluant dans les aires protégées (Anoko, 2008). Leurs savoirs locaux sur les ressources naturelles et leurs approches holistiques de pratiques agricoles (Oliver, 2016) ainsi que leurs aptitudes de collaboration font d’elles des leaders toutes désignées pour non seulement mettre en place des stratégies pour aider leurs communautés à mieux s’adapter au climat, mais aussi de participer pleinement au développement de politiques et initiatives durables (CCNUCC, 2022).

 

Dans ces zones, les communautés vivent de la pêche, l’ostréiculture, la cueillette de coquillages, l’apiculture et une production agricole à petite échelle. Elles sont déjà témoins des effets des changements climatiques : calendriers traditionnels des semailles et des récoltes dépassés, intrusion d’eau salée, vents violents ou longues périodes de sécheresse. Ce sont souvent les femmes qui sont chargées d’assurer la sécurité alimentaire de la famille et les premières à souffrir de ces bouleversements. Les femmes doivent donc participer à la prise de décision assurant la gestion pérenne de leur environnement. C’est dans cet optique que le projet ACFAO (Action Climatique Féministe en l’Afrique de l’Ouest) financé par Affaire Mondial Canada intervient dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest notamment au Sénégal, en côte d’ivoire, au Guinée-Bissau et Togo. JVE Sénégal assure la mise en œuvre du projet dans le Sud du Sénégal (Ziguinchor, Sédhiou et Kolda).  

  1. Objectifs

  1. Objectif général

Amplifier les réponses communautaires à l’adaptation au climat en renforçant la participation des femmes et des jeunes dans la gouvernance locale de la biodiversité et l’action climatique.

  1. Objectifs Spécifiques

  • Améliorer les pratiques agroécologiques et la réhabilitation d’écosystèmes. 

  • Améliorer leur pouvoir économique grâce aux technologies appropriées et la commercialisation locale ;

  • Proposer une approche intersectionnelle alliant gouvernance locale des ressources naturelles, égalité des genres et Agroécologie;

  • Renforcer la résilience aux effets des changements climatiques pour les femmes, les peuples autochtones, et les communautés locales, dans les régions côtières et insulaires.



  1. Missions du Consultant

     

    • AGROÉCOLOGIE

     

    Il s’agira de : 

     

    • Identification de pratiques et de techniques innovantes adaptées au contexte climatique, économique, social, environnemental, culturel local. Cela inclura des techniques déjà testées, avec des preuves de leur efficacité en termes d’amélioration des performances agronomiques, économiques en se focalisant sur les cibles du projet en priorité.et environnementales. Elles tiendront compte des capacités limitées des petits agriculteurs (les techniques proposées devraient être accessibles au plus grand nombre). 

     

    Les pratiques expérimentées dans le cadre de ACFAO seront comparées avec des pratiques endogènes et des techniques développées par d’autres acteurs (ONG, OSC, instituts de recherche, universités…), y compris sur les itinéraires techniques, les innovations en termes d’outillage, de variétés, de spéculations, les pratiques de conservation des sols et des eaux.

     

    • Identification de stratégies durables pour améliorer les systèmes de production. Par systèmes de production, nous entendons la combinaison des activités agricoles et d’élevage et des moyens de production (humains, matériels, techniques…) permettant d’exploiter un écosystème donné. L’intensification des systèmes de production doit intégrer une dimension sociale et environnementale, afin de permettre des résultats économiques accrus et des revenus plus stables dans l’année pour les ménages tout en préservant les ressources naturelles pour les générations futures. Les stratégies durables identifiées ne devront pas se limiter aux itinéraires techniques, mais devront prendre en compte la gestion de l’ensemble du système de production (intégration agriculture-élevage, pratiques agroforestières, diversification des activités…) et notamment l’impact de ces stratégies sur le compte d’exploitation. Elles tiendront compte des besoins alimentaires et nutritifs des ménages (autoconsommation) et les opportunités sur les marchés locaux (approche basée sur le marché). Elles incluront également des modalités d’organisation entre producteurs.

     

     

    • Élaboration de modules de formation sur les techniques agroécologiques adaptées au contexte local. Les modules développés prendront des formes adaptées aux publics cibles (agriculteurs, ONG, OSC, cadres techniques…). Les manuels et autres supports didactiques de formations devront être compris et appropriés par les équipes de ACFAO afin de garantir leur diffusion.

     


     

    • Restitution des résultats et formulation de recommandations programmatiques à l’équipe ACFAO et aux différentes parties prenantes (services techniques de l’Etat, OSCs partenaires…).

     

    Les résultats attendus sont :

     

    • R1 : Les différentes techniques culturales et de conservation des sols et des eaux introduites dans la zone ciblée en réponse aux problématiques sanitaires et au changement climatique par le projet ACFAO et différents acteurs (instituts de recherche, universités, organisations d’aide au développement…) sont identifiées ;
    • R2 : Une analyse des forces et faiblesses de ces techniques d’un point de vue agronomique (performance en termes de rendements), socio-économiques (impact de l’application de ces techniques sur les systèmes d’exploitation familiaux) et environnemental (durabilité de ces pratiques sur les ressources naturelles) est réalisée ;
    • R3 : Des stratégies d’intensification durable des systèmes de production sont identifiées et des comptes d’exploitations modèles pour les différents systèmes de production « améliorés » sont proposés ;
    • R4 : Un guide pratique de l’agroécologie est conçu et fournit des orientations fiables sur les techniques, pratiques et stratégies pertinentes et adaptées au contexte climatique et à ses tendances récentes ;
    • R5 : Des méthodes de vulgarisation appropriées pour la dissémination des techniques sont identifiées et des outils de formations sont conçus ;
    • R6 : Des recommandations programmatiques sont adressées aux équipes de ACFAO et à ses partenaires.

     

     

    • Livrables 

     

    Le / la consultant. e. devra fournir la méthodologie d’étude proposée pour examen et validation par le projet (cellule technique et administrative). L’équipe technique de ACFAO fera ses retours techniques jusqu’à l’approbation finale dans un délai de deux semaines.

     

    Les autres livrables clés comprendront (à la fois en version papier et électronique) :

     

    • Copies d’outils à utiliser ;
    • Données brutes (data) ;
    • Un rapport d’étude incluant la méthodologie adoptée, l’état des lieux des pratiques et stratégies évaluées et de leurs performances (économiques, agronomiques, environnementales) ;
    • Des modules de formation sur les techniques agroécologiques adaptées au contexte ;
    • Une présentation lors de l’atelier de validation des résultats préliminaires ;
    • Une synthèse des recommandations programmatiques principales ;
    • Un guide pratique de l’agroécologie.

     

     

    • Qualifications et expériences requises

     

    • Maîtrise indispensable des enjeux en matière de transition agricole, notamment liés à l’eau (pratiques d’irrigation, approche intégrée par bassin et par écosystème, rationalisation des usages, amélioration des technologies de protection de la qualité de l’eau, conflits d’usages, etc.). 
    • Excellente connaissance des réseaux, nouveaux modèles et systèmes agricoles (agroécologie, agriculture de conservation, du vivant, agroforesterie, etc.). 
    • Très bonne connaissance des enjeux économiques (économie de la transition, financement, évaluation, modèles économiques, etc.).
    • Culture générale de la transition écologique et agroécologique.
    • Nuance et finesse dans ses analyses comme dans ses recommandations.
    • Capacité à gérer plusieurs dossiers, respecter les délais impartis et organiser son activité. 
    • Force de propositions et prise d’initiatives.
    • Organisé(e), autonome, dynamique, rigoureux(se), curieux(se).
    •  Très bonne maîtrise des outils informatiques liés aux bases de données, logiciel de traitements statistiques, présentation des résultats, etc. 

     

    • Excellente expression orale et écrite.
     
    • Lieu :  Ziguinchor ; Kolda et Sédhiou

      Durée du contrat : 2ans

      Date limite de la candidature :   22 Mars 2024

      Tous les dossiers de candidature (Curriculum vitæ et Lettre de Motivation ; offre technique) devraient parvenir à l’adresse mail suivante : jve.senegal@jvesenegal.org ou recrutementl@jvesenegal.org

    •  

     

31Jan

Découvrez Mercato Circolare, une application du projet Circulaire Sénégal Phase 2

Au Sénégal, d’énormes efforts ont été faits dans la gestion des déchets. Néanmoins, il existe toujours des décharges sauvages. La gestion des déchets doit donc être une affaire de tous. C’est dans ce contexte que LVIA en collaboration avec JVE Sénégal compte dérouler le projet Circulaire Sénégal Phase 2. Ce projet qui fait suite à l’intervention menée dans le cadre de la phase 1 dénommée COOPEN en 2022. Il a été sélectionné dans le cadre de l’appel SPRINT, une opportunité promue par « Innovazione allo Sviluppo », un programme de la Fondazione Cariplo et de la Fondazione Compagnia di San Paolo dans le but de favoriser l’innovation dans le domaine de la coopération internationale au développement. https://innovazionesviluppo.org.

« Circulaire Sénégal Phase 2 » a pour objectif de contribuer à la réalisation de l’ODD n°12 qui consiste à « Assurer des modes de production et de consommation durables ».

De manière spécifique, le projet cibles 3 objectifs :  

OS1 :  D’ici à 2030, réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation ;

OS2 : D’ici à 2030, faire en sorte que les populations du monde entier disposent des informations pertinentes et soient sensibilisées

au développement durable et aux modes de vie en harmonie avec la nature ;

OS3 : – Aider les pays en développement à renforcer leurs capacités scientifiques et technologiques afin de s’orienter vers des modes

de consommation et de production plus durables

C’est un projet qui vise à multiplier l’impact de l’application Mercato Circolare qui est une innovation dans le domaine de l’économie circulaire au Sénégal.  Augmenter la diffusion et le nombre de bénéficiaires de l’application pour générer un changement systémique positif dans la réalité locale, en étendant la cartographie des entreprises circulaires à de nouvelles zones notamment le département de Mbour et la Petite Côte constitue aussi un objectif du projet dont le hashtag est #SenCirculaire.

Si vous êtes intéressés par l’économie circulaire et les opportunités qu’elle peut offrir tant pour la protection de l’environnement que pour la création d’entreprises et d’emplois, téléchargez l’application Mercato Circolare disponible sur :

Facilitez-vous les choses en scannant le QR !

29Jan

Art et changements climatiques : Quand JVE Sénégal allie l’utile à l’agréable !

Le combat contre les changements climatiques doit impliquer tous les acteurs de la société. JVE Sénégal, conscient de cela, a décidé d’impliquer les artistes notamment les slameurs, à travers un concours d’art oratoire sous le thème du plomb, dont la finale s’est tenue ce 27 Janvier 2024 au Centre Culturel de Diamaguene/ Sicap Mbao.

Cette cérémonie marquait par la même occasion la clôture du projet RIPE (Réduction de l’Impact du Plomb sur la santé des Enfants), déroulé depuis juin 2024 par JVE Sénégal dans les communes de Thiaroye sur Mer et Malika, avec l’appui de GAHP (Global Alliance For Health and Pollution), OAK Foundation et la Confédération Suisse.

 8 jeunes finalistes ayant été au préalable sensibilisés sur les enjeux du projet et renforcés sur les questions relatives au plomb, ont chacun été chargés d’écrire et déclamer un texte de sensibilisation concernant les dangers du plomb sur la santé.

Devant le jury et le public venu nombreux pour les supporter, les slameurs ont fait d’excellentes prestations. A l’issue de cette compétition, 3 prix ont été décernés aux participants en plus du prix du public. Néanmoins, les autres participants n’ayant pas démérité, ont tous obtenu un trophée de participation.

Des attestations et trophées ont aussi été remis aux acteurs et points focaux, qui par leur engagement ont permis de dérouler le projet dans les deux communes sans encombre.

La lutte contre les changements climatiques incombe à tous, Il est donc très important d’impliquer toutes les couches de la population, encore plus les porteurs de voix.

Résultats du Concours Slam sur le Plomb

  • Mourtada est le champion du concours Slam sur Plomb avec un texte qui a fait l’unanimité.
  • Flamme Noire vient en deuxième position
  • Mame Mor Thiam remporte la 3ème
  • SMD a remporté le prix du public

Nos Félicitations !

25Jan

PAFE: Ndadjé Ecologique en l’honneur de l’Ambassade des Pays-Bas

L’Ambassade des Pays-Bas a accueilli ce 24 janvier 2024, le 1er Ndadjé Ecologique du Projet Petites Actions Faisables pour la promotion des droits de l’environnement (PAFE) qui fut marqué par la remise des trophées du concours photo « Pollutions » 2023, la restitution de la COP28 et une discussion sur les enjeux de la COP29.

L’évènement a commencé par la prestation du Slameur King torodo qui a déclamé un texte portant sur La protection de l’environnement.

S’en sont suivis les allocutions de :

L’ambassadrice des Pays-Bas au Sénégal, son Excellence madame Carmen Hagenaars, qui a manifesté sa satisfaction d’accueillir ce ndadjé vu l’importance et l’urgence de lutter contre les changements climatiques, et de Monsieur Djibril Niang, directeur exécutif de JVE Sénégal, qui après avoir remercié Madame l’Ambassadrice d’avoir accepté  d’accueillir cet événement, félicita le partenariat entre JVE Sénégal et le Royaume des Pays Bas.  Il adressa ensuite un mot aux lauréats pour la qualité des photos, par lesquelles il a été séduit. Selon lui, « Elles reflètent la réalité que nous vivons tous les jours. Nous sommes conscients de ces problèmes et devons les résoudre pour le bien-être des communautés. »

Après les allocutions d’ouverture, les discussions ont commencé avec Mme Aissatou Diouf de Enda Energie qui a fait la restitution de la COP 28. Elle a abordé plusieurs sujets sur les résultats de la COP28 comme la résilience, l’adaptation et les pertes et dommages. Dans son discours on pouvait entendre qu’«il faut aller vers une transition énergétique qui met en exergue l’utilisation des énergies renouvelables. Cependant, la transition est un long processus ». Elle a aussi fait savoir que « nos pays ont besoin des financements pour l’adaptation, les pertes et dommages etc. pour mieux bâtir leur résilience. » Toujours dans son speech on peut entendre que « le fonds pour l’adaptation doit être doublé, car étant sous financé. ».  Abordant les résultats de la COP28 concernant les pertes et dommages elle a insisté sur l’accessibilité des fonds car les communautés ne peuvent pas subir des dommages ou des pertes et attendre des mois ou des années pour leur réparation d’où l’urgence de trouver un mécanisme qui va rendre ce fonds plus facilement accessible.

A la suite de Mme Diouf, Monsieur Boubacar Fall, PCA de JVE Sénégal, a parlé des enjeux de la COP29 en faisant ressortir les grands défis de cette dernière. Pour lui : « Les conditions de transition énergétique et les conditions d’accessibilité aux fonds sur les pertes et dommages constituent les grands défis de la COP29».

La remise des trophées du concours photo « Pollutions » a été faite de même que la remise du trophée de reconnaissance à l’Ambassade des Pays-Bas pour ce partenariat riche en projets impactant pour les communautés.

Pour clôturer le ndadjé en beauté, deux jeunes slameurs ont fait une prestation très riche en termes de messages de sensibilisation.

17Jan

Avis d’appel d’offres Achat de Véhicules JVE Sénégal N°0001-24

 

 

 

 

 

 

PROJET ACTION CLIMATIQUE FEMINISTES EN AFRIQUE DE L’OUEST (AC FAO)

AVIS D’APPEL D’OFFRES
Achat de Véhicule
JVE n°0001-24
Dakar le 3 Janvier 2024

Acquisition d’un véhicule d’occasion

JVE SENEGAL est une organisation à but non lucratif de la société civile qui joue
un rôle essentiel dans la préservation de l’environnement et la promotion du
développement durable au Sénégal.

Dans le cadre du projet Action climatique féministe en Afrique de l’ouest
intervenant dans la zone sud (Ziguinchor, Sédhiou, Kolda et dans les iles de la
basse Casamance) dont le siège social est ouvert à Ziguinchor sise à Immeubles
Suleimane Gomes, Route de l’UASZ En Face ex -EATA, Kénia Lot 127, il est
prévu la fourniture de moyen mobile.
A cet effet, JVE SENEGAL sollicite des offres sous plis fermés de la part de
candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour l’acquisition
d’un véhicule d’occasion destiné au projet ACFAO avec les caractéristiques ci-
dessous :

 

Caractéristique véhicules  

Voiture 4X4 ou SUV-4WD, 4 Cylindres  Entre 2L et 2.4l
 Minimum 5 places Maximum 7 places
 Année entre 2015 et 2020
 Neuf ou d’occasion
 Solide et robuste pour terrain   

 Quantité:   1

 

NB : des accessoires supplémentaires pourraient être demandés.
Les soumissionnaires intéressés peuvent appeler sur le numéro ci-après ou se rendre  au siège de JVE SENEGAL à l’adresse mentionnée ci-après à partir du 8 janvier 2024 de 9h à 18h du lundi au vendredi. pour récupérer l’offre de soumission

LOT 4 CITE IMPOT ET DOMAINE PARCELLE ASSAINIE DAKAR
TEL : 33 855 13 93 / 77 304 86 88/ 77 735 81 76

Les exigences en matière de qualification sont :
 Être une société concessionnaire de véhicule neuf ou d’occasion reconnu
par l’état du Sénégal.
 Être une société revendeuse ou distribution de véhicules neuf ou
d’occasion reconnu par l’état du Sénégal.
 Être une société spécialiste dans la vente de véhicule neuf ou d’occasion
 Avoir réalisé avec succès, durant les trois dernières années, au moins
deux (02) marchés similaires (fourniture de voiture) ;
 Disposer d’un service après-vente performant constitué
 D’un atelier d’entretien et de réparation disposant des moyens
techniques de diagnostic et moyens humains de qualité dont un
technicien supérieur et deux ouvriers qualifiés.
 Disposer d’un véhicule de dépannage et de remorquage.

Les offres devront demeurer valides pendant une durée de quatre-vingt-dix
(90) jours à compter de la date limite de soumission ou de remise des offres.
Une Offre de validé inférieur à cette durée sera écarté.
Les offres doivent être rédigées en langue française et devrons être déposées
en quatre (04) exemplaires dont un (01) en originale et trois (03) en copies à
l’adresse mentionnée ci-après au plus tard le 20 Janvier 2024 à 17 heures.

LOT 4 CITE IMPOT ET DOMAINE PARCELLE ASSAINIE DAKAR
TEL : 33 855 13 93 / 77 304 86 88/ 77 735 81 76

DIRECTEUR EXECUTIF
JVE SENEGAL 

13Jan

Résultats Concours Photo « Pollutions »

L’attente a été longue et le choix, très difficile vu l’importance de ce qui a été décrit sur chaque photo. Mais nous sommes heureux de vous annoncer les résultats du Concours Photo «Pollutions » avec 3 distinctions retenues : le prix du public, le prix du jury et le prix spécial.

Ce concours organisé par le projet PAFE (Petites Actions Faisables pour les Droits de l’environnement) en partenariat avec l’Ambassade des Pays-Bas consistait à prendre une photo amateur représentant l’impact de la pollution ou des changements climatiques au Sénégal et accompagnée d’une description claire et précise.

Ainsi, les distinctions ont été réparties en 5 prix :

– 1er Prix du Jury décerné à Abraham Ngom

Localité : Yoff  

Titre de la Photo : Pollution Plastique

– 2ème Prix du Jury décerné à Abibatou Diakhaté

Localité :Thies

Titre de la Photo : La pollution de l’eau

– 1er Prix du Public décerné à Ndeye Yacine Gueye

Localité : Saint-Louis

Titre de la Photo : La vie quotidienne des Pikinois

– 2ème Prix du Public décerné à Mamadou Diop

Localité : Saint-Louis

Titre de la Photo : La vie quotidienne des enfants de Khar Yalla

– Et le prix Spécial décerné à Cheikh Oumar Diop

Localité :  Thiaroye sur mer

Titre de la Photo : Victime ou Responsable

Une cérémonie de remise des trophées sera organisée ce 24 Janvier 2024.